Archives pour la catégorie Martyrologie

Jeanne d’Arc, image et patronne de la France, déclarée sainte il y a 95 ans

Extrait du panégyrique prononcé dans la Cathédrale d’Orléans par M. l’abbé Mouchard, le 8 mai 1890


jeanne d'arc
« Telle se précipite au combat cette vierge dans cet appareil guerrier. Combattez, vaillants Français ; si Troie chancelante avait eu un pareil palladium, elle aurait éternellement subsisté »

Que veulent donc ces manifestations et cette attente de tout un peuple ? Le voici, Messieurs : dans sa libératrice et sa rédemptrice d’hier, la France a deviné sa patronne et sa protectrice de demain.

Ah ! Sans doute elle a déjà, au ciel, d’illustres enfants qui la protègent. Jeanne voyait Charlemagne et saint Louis en prière auprès de Dieu ; j’y vois aussi les Aignan et les Vincent de Paul, les Geneviève et les Clotilde, représentant là-haut la foi de la France, sa charité et sa piété ; mais qui y représentera son âme, son âme tout entière, cette grande âme française avec tous ses dons ?

Lire la suite Jeanne d’Arc, image et patronne de la France, déclarée sainte il y a 95 ans

Publicités

Sainte Eugénie de Rome

Sainte Eugénie de Rome

Sainte Eugénie de Rome est une vierge ayant subit le martyre en 257 de notre ère, au temps de l’Empereur Valérien. Mais quelle est donc l’histoire de cette Sainte Catholique à laquelle notre chapelle a été consacrée ? Nous aborderons dans cette rubrique les périodes de sa vie ayant marqué son histoire.

Naissance et jeunesse de Sainte Eugénie.

Eugénie naquSainte Eugénie de Romeit, selon toute vraisemblance, à Alexandrie, en 183 de notre ère, de parents païens ; Claudia et Philippe alors gouverneur d’Alexandrie. Depuis sa  plus jeune enfance, Eugénie disposait d’une remarquable précocité, jouissant d’une grande vivacité d’esprit ainsi que d’une grande mémoire. Cette grande intelligence lui permit d’avoir pour professeurs les plus grands maîtres de l’époque à sa disposition afin parfaire son éducation. L’intelligence d’Eugénie était si grande, qu’à l’âge de ses quinze ans, elle avait pu acquérir une connaissance approfondie de l’étude des lettres grecques et latines mais également de l’étude de la philosophie. C’est à ce don d’intelligence, que Dieu, dans ses desseins qu’Il avait sur elle, l’avait parée d’une beauté supérieure à toutes les autres.

Arriva le temps où son père devait alors songer pour sa fille à un parti digne de son rang. En 199, alors qu’Eugénie était âgée de seize ans, Aquilus, fils du Consul Aquilinus vînt la demander pour fiancée. Philippe, toujours soucieux du bonheur de sa fille, sonda alors la future Sainte quant à cette démarche, lui faisant valoir la haute naissance de l’homme qui souhaitait l’épouser. « Ce n’est pas la naissance, répondit Eugénie avec gravité, ce sont les mœurs qui doivent guider dans le choix d’un époux. On ne vit pas avec les parents de son époux, mais avec lui. » Cette réponse n’était pas pour déplaire à Philippe, qui accepta naturellement le refus de sa fille. Bientôt, de nouvelles sollicitations aux épousailles arrivèrent de toutes parts, de plus en plus nombreuses mais l’amour qu’elle vouait à la virginité les lui faisait toujours repousser.

Suite de l’article sur Sainte Eugénie