Archives pour la catégorie Enseignement

Grandes leçons sur le Règne social de Jésus-Christ

Par Mgr Nègre, Archevêque de Tours

 

armes_mgr_negreDans le monde, Dieu gouverne tout par Jésus-Christ établi roi souverain des hommes et des sociétés. L’Église, l’État et la famille, soumis à son autorité, trouvent dans cette soumission la grandeur, la paix et la félicité. Plus cet ordre est observé par la société, plus il la rend parfaite. La violation de cet ordre produit inversement l’homme méchant et la société mauvaise. À la lumière de ces vérités fondamentales nous apprendrons à juger de la justesse ou de la fausseté de nos propres idées sur le gouvernement des affaires publiques, et à rectifier au besoin, notre conduite.

Il y a là de grandes leçons.

Lire la suite Grandes leçons sur le Règne social de Jésus-Christ

Le cœur de Jésus, l’Amour de Jésus

D’après l’ouvrage « aux séminaristes » de l’Abbé Augustin Aubry

jean baptiste aubryLe cœur de Jésus est la source de la vie intérieure, en ce que l’amour de Jésus Christ dans notre cœur, est la première condition de la vie intérieure et de l’imitation du sien. Il nous faut donc reproduire en nous ce type par la vie intérieure. Or, pour cela, la vertu centrale qui résume toutes les autres, et qui fait pour nous, comme pour toutes les âmes chrétiennes, mais pour nous surtout, le fond de la vie intérieure, c’est la connaissance et l’amour de Jésus-Christ.

C’est là le centre de la piété chrétienne, et à fortiori, de la piété sacerdotale : contact perpétuel et intime avec Jésus-Christ, avec son cœur, mec ce que son cœur a donné de meilleur.

En conséquence, il faut nous attacher à Jésus- Christ dans l’Eucharistie, expression substantielle et suprême de l’amour de son divin cœur ; il faut fréquenter davantage ce bon maître, l’aimer de plus en plus dans son état eucharistique. Car, en même temps que l’Eucharistie est le don de son cœur, elle est-aussi le moyen de former le nôtre à la vie intérieure, et la solution de ce grand problème de la reproduction du cœur de Jésus-Christ dans les nôtres…

Lire la suite Le cœur de Jésus, l’Amour de Jésus

Il faut apprendre à nos enfants à renoncer au monde

D’après « la piété enseignée aux enfants » de Mgr de Ségur


enfantsDe même qu’il y a, en chacun de nous, du mal mêlé au bien ; de même, au dehors de nous, dans le milieu où nous vivons, il y a du bien et du mal. Le bien, il faut l’aimer et le rechercher ; le mal, il faut le détester et le repousser. C’est ce mal, c’est cette partie des créatures sur qui le démon exerce sa maudite influence, que dans le langage chrétien, on appelle le monde.

Le monde, c’est tout ce qui, au dehors et autour de nous, est opposé au règne de Jésus-Christ et aux saintes maximes de l’Évangile ; c’est tout ce qui exerce sur nous une influence mauvaise, en nous portant au péché. « Malheur au monde ! » a dit Notre-Seigneur ; « malheur au monde, à cause de ses scandales ! ». L’Église, qui est l’armée sainte de Jésus-Christ, combat le monde tant qu’elle peut ; et de son côté, le monde, qui est l’empire du démon, déteste et combat l’Église.

Lire la suite Il faut apprendre à nos enfants à renoncer au monde

Petit catéchisme sur le Carême

d’après « le Catéchisme de persévérance » de Mgr Gaume


mgr gaumeQ. Qu’est-ce que le carême ?
R. Le carême est un jeûne de quarante jours établi par les Apôtres, pour honorer le jeûne de Notre-Seigneur et pour nous préparer à la fête de Pâques.

Q. A qui le carême est-il avantageux ?
R. Le carême est avantageux à la société et à nous-mêmes, à notre âme et à notre corps.

Q. Comment les premiers chrétiens observaient-ils le Carême ?
R. Les premiers Chrétiens observaient le Carême, en faisant un jeûne très sévère, de longues prières et de grandes aumônes.

Lire la suite Petit catéchisme sur le Carême

Les tentations

Homélie adressée au peuple de Rome dans la Basilique de Saint-Jean-de-Latran, le 1er dimanche de Carême, par Saint Grégoire le Grand


saintçgregoire_le_grandJésus fut conduit dans le désert pour être tenté par le diable

Un homme-Dieu, que le diable transporte sur une haute montagne ou dans la ville sainte ! Ce récit excite les répugnances de l’esprit, comme il épouvante les oreilles humaines. Cependant ce fait, comparé à d’autres événements de sa vie, cesse de paraître incroyable.

Certes Satan est le chef de tous les méchants, et tous les méchants sont les membres de ce chef. Est-ce que Pilate ne fut pas membre de Satan ? Est-ce qu’ils ne furent pas membres de Satan, les Juifs persécuteurs et les soldats qui crucifièrent le Christ ? Est-il donc étonnant qu’il ait permis au chef de l’emporter sur une montagne, alors qu’il permet aux membres de le crucifier ?

Notre Rédempteur n’a donc pas dérogé en se laissant tenter, lui qui venait pour être mis à mort. Il était convenable en effet que par ses tentations il vainquît les nôtres, lui qui venait terrasser notre mort par la sienne.

Lire la suite Les tentations