Le cœur de Jésus, l’Amour de Jésus

D’après l’ouvrage « aux séminaristes » de l’Abbé Augustin Aubry

jean baptiste aubryLe cœur de Jésus est la source de la vie intérieure, en ce que l’amour de Jésus Christ dans notre cœur, est la première condition de la vie intérieure et de l’imitation du sien. Il nous faut donc reproduire en nous ce type par la vie intérieure. Or, pour cela, la vertu centrale qui résume toutes les autres, et qui fait pour nous, comme pour toutes les âmes chrétiennes, mais pour nous surtout, le fond de la vie intérieure, c’est la connaissance et l’amour de Jésus-Christ.

C’est là le centre de la piété chrétienne, et à fortiori, de la piété sacerdotale : contact perpétuel et intime avec Jésus-Christ, avec son cœur, mec ce que son cœur a donné de meilleur.

En conséquence, il faut nous attacher à Jésus- Christ dans l’Eucharistie, expression substantielle et suprême de l’amour de son divin cœur ; il faut fréquenter davantage ce bon maître, l’aimer de plus en plus dans son état eucharistique. Car, en même temps que l’Eucharistie est le don de son cœur, elle est-aussi le moyen de former le nôtre à la vie intérieure, et la solution de ce grand problème de la reproduction du cœur de Jésus-Christ dans les nôtres…

Que le cœur de Jésus nous donne ce trésor intérieur de grâce, de charité, de piété, d’attachement à Notre-Seigneur et de dévouement total à ses intérêts, sans lesquels on ne fait rien de bon pour soi ni pour les autres surtout dans la carrière sacerdotale, et dont nous avons si grand besoin au milieu d’un monde si peu surnaturel, si peu chrétien, si occupé par le démon et si livré à tout ce qui éloigne de l’esprit de loi. Plus la dépense de forces surnaturelles que nous aurons à faire sera grande, plus aussi nous aurons besoin de refaire à notre âme des provisions abondantes, pour n’être jamais à sec et surpris par la disette.

Vous ne sentez, dites-vous, en guise d’amour de Dieu, qu’un désir de désirer aimer Notre-Seigneur. Bravo ! Gardez toujours ce désir, c’est déjà quelque chose. Pour le moment vous désirez d’aimer Noire-Seigneur. Si vous êtes fidèle, de dix en dix ans, ou à peu près, vous perdrez un de ces deux premiers verbes ; puis dix ans après, vous commencerez à aimer Notre-Seigneur, sans autre verbe, mais vous l’aimerez alors vraiment et de toutes vos forces !…

Aidez-vous de celte charmante parole de saint Augustin : « O Jésus, que toutes les choses du monde me deviennent amères ! Vous seul, montrez à mon âme avec votre douceur. Car vous êtes la suavité incomparable, la douceur céleste qui change tout en douceur ! »

En effet, pour aimer Notre-Seigneur, il faut sentir sa douceur; pour la sentir, il faut la voir ; pour la voir, il faut qu’elle se montre ; une fois qu’elle se montre, elle conquiert notre cœur du premier coup ; et ce n’est qu’à partir de ce moment-là que nous pouvons vraiment être détachés du monde. Chercher à se détacher du monde avant d’aimer Notre- Seigneur, c’est un tour de force que nous ne ferons pas ; aimer Notre-Seigneur avant qu’il nous ait fait entrevoir, intérieurement au moins, un petit rayon de sa beauté, impossible, puisque nous ne pouvons être pris que par le cœur…

Quel bonheur, si le Bon Dieu, oubliant nos infidélités, et ne regardant plus que ce tout petit peu de bonne volonté et de bons désirs qu’il y a eu nous, voulait bien nous garder toujours en état de grâce, nous donner un peu de son amour qui guérit et adoucit tout, et nous faire monter un peu derrière les saints dans la vie spirituelle !

20150614_175303 (1)Ce petit germe de bonne volonté et ce bon désir de comprendre et d’entamer la vie intérieure, qui est le commencement même de cette vie de grâce, c’est peut-être tout ce qu’il nous est possible de transmettre aux autres, puisque c’est l’Esprit-Saint qui fait tout le travail. Je crois que pour le leur transmettre, la première condition est de leur en parler beaucoup, pour leur faire venir l’eau à la bouche, et leur faire dire : « Mais enfin, dites-nous donc ce que c’est que cette vie intérieure dont vous nous fatiguez les oreilles, et faites-nous-la d’abord comprendre ! » Le jour où ils nous auront dit cela, si nous voulons, tout est gagné, pourvu que nous sachions les mettre sur la voie et leur répondre : « Ah ! Nous y sommes ! Ce n’est pas moi qui puis vous l’expliquer, mais Notre-Seigneur et le Saint-Esprit lui-même, si vous faites ce qu’il faut »

Dans le cœur de l’homme, sous faction du Saint- Esprit, il peut se passer de bien belles choses surnaturelles, une transformation qui met précieusement, au fond de notre pauvre sac, le trésor même du ciel. Mais ce que tous les hommes de tous les lieux et de tous les temps ont reçu et recevront de biens surnaturels, ne sera qu’un petit suintement de ce qui remplit le cœur de Notre-Seigneur et de ce qu’il possible, lui, eu totalité. En nous Dieu met une parcelle du don céleste pour qu’elle fermente et nous travaille comme un levain. En lui la divinité ruisselait, comme dit Mgr Berteau

Cœur de Jésus, notre partage, amour de Jésus compagnon de la vie du prêtre, vous êtes la compensation surabondante et ineffable de nos sacrifices, de nos délaissements, des brisements de notre cœur.

Qu’est-ce que je cherche dans les créatures, et qu’est-ce qui me porte à les aimer ? Eh bien ! Tout cela est suréminemment en Jésus-Christ. Il est vrai, je ne puis en juger que par la foi ; mais un jour viendra où j’en jugerai par la vision immédiate, et où je serai bien heureux d’y avoir cru.

Vie radieuse, chaste et virginale des prêtres, amis de Jésus ! Nous sommes seuls devant le Tabernacle; mais nous sommes avec lui, et il est avec nous ; nous sommes compagnons. Est-ce qu’il ne nous suffît pas ?

Et le couronnement de cet amour par la radieuse espérance du ciel : le ciel des prêtres, le ciel des vierges ! Doux et tendre appel de Jésus aux âmes qui n’auront aimé que lui : Veni, veni coronabcris

sacrécoeur

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s