Les principales cérémonies de la Messe expliquées – (1)

Afin de mieux vivre la Messe, en union parfaite avec Notre-Seigneur Jésus christ et la Sainte Église, par Jean-Eudes Chagrip-Metz


Les prières au bas de l’Autel

prièresbasautelLes bancs de l’église sont pleins. Les fidèles agenouillés prient, et voici que le tintement d’une clochette vient les tirer de leurs conversations avec Notre-Seigneur. Le Prêtre, revêtu de ses ornements sacrés, vient de quitter la sacristie, accompagné de ses servants. Voyez-vous déjà, au loin, ces anges qui viennent par milliers se masser au dessus de l’Autel ?

Alors que la procession s’avance, d’un pas grave, une voix s’élève du Tabernacle ; l’entendez-vous ? :  « Tremblez à l’approche de mon sanctuaire, car c’est moi qui suis le Seigneur »(Lévit. XXVI, 2.). Ah ! si vous pouviez ressentir ce que ressent le Prêtre à ce moment là ! La crainte perce son âme et son cœur ! Est-il digne d’immoler son Seigneur et son Dieu ?

C’est pour se rassurer qu’il se signe. C’est par crainte qu’il s’incline et que tous se mettent à genoux. Les prières qu’il récite, au bas de l’Autel, éclairent ses pas, il converse avec Dieu. Il prend conscience que son ministère est Saint, c’est pourquoi il dit : « Pourquoi êtes-vous triste, mon âme, et pourquoi me troublez-vous ? Espérez en Dieu, car un jour aussi dans le ciel j’offrirai cette victime adorable ; le fondement de cette espérance, c’est Jésus-Christ mon Sauveur et mon Dieu. »

Si vous étiez, mes chers amis, à ses côtés à ce moment là, vous verriez sans doute toute la tristesse qui s’empare de lui, car il sait, il sait qu’il est semblable à son Divin Maitre au jardin des olives, et que sur ses faibles épaules, il porte à présent les crimes du monde. Les mains jointes, il implore, il n’ose regarder le Ciel. Entendez-vous son confiteor ? Voyez-vous ce spectacle sublime qui se réalise sous vos yeux ? Ne voyez vous pas la Très Sainte Vierge Marie, les anges, les Apôtres, tous les saints et tous les martyrs, prosternés au pied de l’Autel, implorant Dieu d’accepter le pardon de son Prêtre ?

Et soudain, il monte à l’Autel, il gravit la Sainte Montagne, foulant de ses pieds une terre sainte, prêt à s’immoler.

Telles sont les prières au bas de l’Autel.

Comprenez-vous à présent, l’importance de ces prières ? Vous sentiriez vous capables, sachant cela, d’arriver en retard à l’église ? Vous sentiriez-vous capables de négliger ces prières ou de ne pas vous unir au prêtre, à la TS-Vierge, aux anges et à tous les saints ?

L’Introït

St Germain nous disait à son sujet que l’introït était comparable à l’avènement du Fils de Dieu en ce monde. Savez-vous pourquoi il se lit du côté droit de l’autel ? Car le côté droit, représente le peuple juif, et c’est chez ce peuple que Notre-Seigneur prit la substance de son humanité (St Bonaventure).

Entendez-vous ce doux chant de l’introït qui résonne à vos oreilles ? Une fois ; il marque l’avènement de Notre-Seigneur. Deux fois ; il prouve avec quelle ardeur nous avons le désir de cet avènement.

Ce chant est lent, à l’image de la lenteur du ciel à n’accorder à la terre son Messie qu’après quatre mille ans d’attente…

Et que penser de ce « Gloria Patri » qui coupe l’introït ? Pourquoi ce Gloria Patri,

source : http://www.ccwatershed.org/Campion/

qui respire la joie et le triomphe vient-il couper ce chant semblable à un gémissement ? Anastase le Sinaïte nous l’explique ; il prend son origine dans le chant des anges, qui intervint bien avant l’incarnation, figurée par l’introït… « Gloire au père – qui nous a aimés jusqu’à nous donner son Fils –, gloire au Fils – qui s’est anéanti pour nous –, gloire au Saint Esprit – dont la puissante et divine fécondité a opéré ce mystère –.

L’incarnation, l’avènement de Notre- Seigneur…

Tel est l’introït !

Vous ne l’entendez pas de la bouche du prêtre. Vous entendez son chant par la Chorale. Croyez-vous pour autant être dispensé de le méditer ? Sachez, que pendant son chant, vous devez vous abandonner totalement à celui que les nations ont attendu depuis quatre mille ans. Méditez, pensez que dans quelques instants, Il sera au milieu de vous, et que c’est son avènement qui est chanté…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s