« Nous sommes invités à annoncer le Christ dans la société »

Sermon du IVème dimanche de l’Avent, par le Chanoine Thibaut de Ternay, de l’ICRSP


L’Évangile de ce 4ème dimanche de l’Avent nous fait une nouvelle fois méditer sur Saint Jean-Baptiste. Dimanche dernier, nous avions un côté plus mystique avec le thème du désert ; aujourd’hui, bien que nous restions dans ce désert, nous avons un aspect plus pratique.

Après le rappel de sa génération, nous sommes tout de suite transportés dans l’action de sa mission : annoncer le Christ en rendant droits les chemins tortueux.

En effet, « Sa mission sera de convoquer le peuple, à travers le désert, jusqu’au Jourdain. Lui, Jean-Baptiste, demeurera sur les bords du fleuve comme si sa mission, semblable à celle de Moïse, s’arrêtait aux portes de cette Terre où le peuple ne pénétrera que sous la direction d’un autre. Grâce à lui, l’attente humaine inaugurée par l’Ancien Testament trouve sa véritable direction : elle aboutit au Christ. Et c’est lui, le Christ, qui introduira enfin le peuple à l’intérieur même de la Terre tant désirée. » (Benoît XVI)

Pour nous chrétiens, par notre vocation de baptisés nous faisant membres de l’Église Une, sainte, Catholique et Apostolique, nous sommes invités à être de nouveaux Jean-Baptiste.

saint jean baptisteComme Jean-Baptiste, le chrétien est prophète : il est chargé d’annoncer Jésus à ses frères et de préparer ses voies. Comme Jean, il est sollicité d’adhérer à Jésus malgré toutes les interrogations qu’il peut avoir. Mais le chrétien est plus grand que Jean, parce qu’il a déjà part aux biens du Royaume de Dieu qui, en Jésus, est rendu proche des hommes. Jean est figure de l’Ancien Testament, nous, nous sommes dans le Nouveau Testament. C’est pourquoi le Christ nous dit en Saint Matthieu : « Parmi les hommes, il n’en n’a pas existé un de plus grand que Jean-Baptiste ; et cependant le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui » (Mt 11,11).

Nous sommes donc invités à annoncer le Christ autour de nous, dans la société dans laquelle nous vivons. Aujourd’hui, notre monde est hostile mais l’est-il plus que du temps de la naissance de Jésus ? Notre monde est tortueux, dangereux par son relativisme et son hédonisme conduisant la société tout entière dans le tourbillon du chaos. L’homme est comme paralysé par ces modes de fonctionnement ; ce qui lui reste de bon, il l’enfouit dans l’esprit du consensuel marqué par le respect humain.

Être de nouveaux Saint Jean-Baptiste c’est comprendre ce que comprit Paul Claudel après sa conversion au Vêpres de Noël à Notre Dame de Paris. Renoncer au respect humain pour se laisser envahir, habité par la grâce qui nous rend capable de Dieu. Ainsi par la conversion obtenue par notre séjour dans le désert, par la vie sacramentelle qui marque notre caractère d’homme de Foi, nous voilà armés pour annoncer à nos frères Jésus que nous déposerons dans très peu de temps dans la crèche. Ainsi nous pourrons rendre Dieu visible dans le visage humain de Jésus.

Ainsi soit-il

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit

Ainsi soit-il

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s