« Remettons le Christ au centre de nos vies »

christ-roiSermon pour la fête du Christ Roi, le 26 octobre 2014 par le Chanoine Thibaut de Ternay.


Mes biens chers frères,

Dans la pénombre silencieuse d’une chapelle ou d’une église un prêtre pose ses coudes sur l’autel, incline son visage vers la blanche Ostie et prononce à voix basse les paroles de l’Éternité, les paroles du prodige : « Hoc est enim corpus meum ». Il a sur le bord de ses paupières quelques larmes qui naissent, il a dans ses doigts quelques légers tremblements et, comme si ses genoux cédaient, il tombe pour adorer un mystère qui le dépasse mais qui le comble. Derrière lui, dans la nef colorée par la lumière des vitraux, de nombreux fidèles ont incliné le front pendant qu’un servant de messe fait rouler avec ardeur le son du carillon.

Savent-ils, mes bien chers frères, sait-il, ce lévite, savent-ils ces chrétiens fidèles et pieux que, par cet acte solennel, le règne du Christ Roi vient d’avancer sur la terre ? Oh ! La tentation aurait été grande de sortir en manifestation bruyante et sans doute plus visible. Certainement, parmi les jeunes, des enthousiasmes pas toujours bien équilibrés parce que pas toujours bien éduqués dans la Foi, auraient préféré à cette heure silencieuse une brillante manifestation de louange, mais non : quelques paroles, du pain et du vin, la fumée de l’encens et la lumière des cierges, et le règne du Christ avance.

N’oublions jamais que la messe, renouvellement non sanglant du sacrifice de la Croix, est aussi l’annonce de la Résurrection du Christ et l’anticipation de son retour. « Ecce veniet ! » Le voici qui vient le Désiré des collines éternelles, le Roi des nations, le Juge de nos cœurs.

Il n’y a pas de messe et donc pas de règne de Dieu sans le sacerdoce catholique. Il ne s’agit pas là d’une prétention toute cléricale, ou d’une tentation d’exclusivité du sacerdoce dans le domaine de la vie spirituelle ou de la vie civile… Richelieu et Mazarin ne sont plus premier ministre, même si les temps hostiles à la Foi nous les font regretter…

Le règne du Christ ne peut se manifester sans la Croix, qui est, outre l’aspect sacrificiel, toujours Croix glorieuse.

Si le prêtre est rejeté de la société, mal considéré ou relégué au domaine de la sphère privée comme une vielle chambre à air trouvée dans un bidonville, c’est parce l’homme qui se croit moderne refuse la boussole qui le guide vers son Créateur en renonçant à la Croix. Le Prêtre c’est la croix vivante agissant in Persona Christi lorsqu’il donne les sacrements. Il est l’Ipse Christus.

En travaillant à séculariser le prêtre et en travaillant à solenniser l’homme, on a perdu le sens de Dieu, et Dieu est devenu gênant. Ceux qui osent encore montrer de l’importance pour les choses de Dieu, la société se moque d’eux en dénaturant le beau, le vrai. L’art scatologique nous le montre, hélas, trop souvent, et inutile de vous donner ce matin des exemples précis, de peur de tomber dans la vulgarité.

Tout ce qui touche l’ordre naturel est mis progressivement au tombeau. Le traitement concernant la famille en est un exemple. Le repos du dimanche que l’on veut progressivement supprimer en est un autre.

Que pouvons nous faire, face à une volonté d’aller toujours plus loin dans la destruction de la loi naturelle, pour créer une nouvelle loi qui s’affranchit de Dieu,, pour donner au final le chaos, la haine, le laid et le désespoir ?

Il faut remettre les bœufs devant la charrue et d’une manière plus spirituelle il faut remettre le Christ au centre de notre vie. La fête du Christ Roi est donc pour nous catholiques un rappel d’Espérance et une invitation à devenir des soldats du Christ. Les soldats du Christ n’ont point besoin des armes qui entrainent de plus en plus de violence, mais nos armes c’est notre crédibilité. Suis-je crédible dans l’état vocationnel de ma vie au fil des jours ? Sommes-nous crédibles si nous prêchons la vérité et vivons dans le mensonge ? Sommes-nous crédibles si dans l’état de mariage nous manquons de respect, d’écoute réciproque, de patience, d’humilité, d’amour envers notre conjoint ou envers nos enfants ? Sommes-nous crédibles lorsque nous passons des heures entières dans une journée sans penser à Dieu, sans prières, sans même une oraison jaculatoire ?

Être soldat du Christ c’est vivre avec Lui, sous son étendard, c’est-à-dire avec la Croix que nous traçons sur notre corps mais qui doit aussi se ficher en notre âme. En effet nos gestes comme nos pensées doivent être le reflet de notre âme. La Croix portée ainsi est signe efficace contre le démon. Saint Antoine nous dit : « le signe de la Croix avec la foi au Seigneur est un mur inexpugnable. » Saint Jean-Chrysostome montre bien l’importance de coordonner nos gestes à notre âme : En parlant de Saint Paul il dit : « Il a appelé le prix de la Croix ; laquelle il ne faut pas simplement tracer du doigt sur le corps, mais, à la vérité, premièrement la former en l’âme ; car, si en cette façon tu l’imprimes en ta face, pas un des diables n’osera t’attaquer, voyant la lance par laquelle il a reçu le coup mortel. »

Se mettre à l’école de l’étendard c’est vivre avec Jésus, l’étendard non derrière soi mais devant soi. Il nous faut accepter d’être guidé par lui à travers les moyens qu’il nous donne : l’Église et la vie sacramentelle. La Messe dominicale est le sommet du don que Dieu fait à sa créature, il faut donc y assister avec dévotion et y participer activement. Est-ce que je viens en consommateur ou est-ce que j’apporte mon talent pour le faire fructifier ?

Est-ce que la Messe dominicale, la Sainte Eucharistie qui fait de mon corps le temps d’un instant un tabernacle vivant de la Présence Réelle de Notre Seigneur Jésus-Christ Roi et Souverain Prêtre, me guide dans ma semaine, ou est-ce que je l’oublie ?

La Messe dominicale c’est comme le moteur, mais bien que ce moteur se suffise à lui-même, il nous invite à le faire fonctionner. Ainsi, nous sommes invités par Dieu à être les instruments de sa Providence. Nous sommes en quelque sorte la pédale d’accélérateur qui permet au moteur d’avancer, nous sommes la pédale de frein qui nous permet de garder la bonne mesure qui nous convient, nous sommes le volant qui nous permet d’aller dans la bonne direction sous la conduite du GPS qui est Jésus.

Il nous faut aussi mettre du carburant dans le réservoir, de l’huile dans le moteur. Tout cela, si nous le transposons à notre vie spirituelle, nous comprenons qu’il faut que notre semaine se fasse avec Jésus. A la maison, au travail, à l’école, dans la famille, est-ce que Jésus peut être présent à chaque parole que je prononce ?

Est-ce que j’ai le souci de Jésus devant moi lorsque je suis avec l’autre ?

En faisant notre examen de conscience, on doit bien admettre que la voiture tousse parfois. Il nous faut changer les bougies, faire la vidange, changer les filtres. L’Église appelle cela le sacrement de Pénitence. Se confesser régulièrement nous permet de mieux communier avec dévotion, permet de mieux nous connaître et donc de mieux corriger nos défauts. Elle permet aussi de mieux aimer le Seigneur, de mieux vivre la componction, de mieux mesurer la douleur que le Cœur de Jésus souffre par notre péché, et de nous mettre à l’école de la sainteté sans jamais perdre espoir et confiance en la miséricorde que Jésus a pour nous. Mettons nous sous le regard de Marie qui nous aide à garder le cap, et prenons la direction du Ciel. Que notre vie soit une Ascension. Introïbo ad altare Dei : Je monterai à l’Autel du Seigneur. Ad Deum qui laetificat juventutem meam : Du Dieu qui remplit ma jeunesse d’une sainte joie.

Ainsi soit-il

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit

Ainsi soit-il

Télécharger le sermon
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s